Emploi

La carrière emploie directement et indirectement une cinquantaine de personnes dont la répartition est la suivante :

  • 13 emplois directs
  • 15 emplois indirects chez un sous-traitant pour la manutention des pierres
  • 2 emplois indirects chez un sous-traitant pour l’entretien des machines
  • +/- 20 emplois indirects supplémentaires (dont le transport – emploi local)

Faites connaissance avec les différents métiers de la carrière en cliquant sur le profil de quatre de nos collaborateurs :

Danny

Mécanicien préparateur

"Du haut de mes 54 ans, je suis le doyen de la carrière de Merlemont. J'y travaille depuis 25 ans. Mon père déjà était contremaître à la carrière de Matissen. L'extraction est donc une longue histoire de famille. Concrètement, je prépare à l’atelier les différentes pièces de métal nécessaires pour les machines, la sécurisation du site, les barrières garde-corps, etc. Mon boulot est complémentaire à celui des ouvriers chargés de l’entretien des outils de production puisque ce sont eux qui me passent commande des pièces nécessaires. Je suis également en charge de la propreté du site et du tri des déchets en interne."

Nicolas

Ouvrier de production

"Je connais la carrière de Merlemont depuis longtemps puisque j’ai grandi à deux pas de celle-ci. Lorsque j’étais étudiant, j’y ai fait mes stages pour l’école et des jobs d’étudiant. Après avoir fini ma formation d’ouvrier polyvalent, c’est la carrière qui m’a directement contacté pour me proposer un emploi. J’ai sauté sur l’occasion et voilà maintenant 8 ans que j’y travaille. Je veille avec mes collègues au bon fonctionnement des machines de production telles que les concasseurs. Et je surveille le déchargement des camions dans le concasseur. Ce que j’aime dans mon entreprise, c’est son échelle très humaine qui fait que tout le monde se connait bien. L’entente avec les collègues et les chefs y est vraiment agréable. J’ai adoré ma première conduite sur un bull et encore maintenant quand je suis au volant de ces engins à 1m50 du sol, j’adore ça !"

Carl

En charge de la maintenance des outils de production

"À 36 ans, j'ai déjà 15 ans de métier ici. Une fois mon diplôme d'électromécanicien en poche, j'ai directement été embauché à la maintenance des outils de production de la carrière. Toute une affaire quand, fraîchement sorti des cours, on fait face à ces machines de plusieurs tonnes qui peuvent transformer un mètre cube de pierre en gravillons : cette puissance est impressionnante ! L’échelle très humaine de l’entreprise implique aussi une grande polyvalence de tous les ouvriers. Il n’est pas rare que la liste des tâches fixes se complète au cours de la journée suivant les besoins des collègues ou les aléas, ce qui assure une certaine diversité dans le travail. Nous sommes en tout deux à effectuer ce boulot essentiel qui permet à l'entreprise de tourner à plein temps et de faire face aux normes de sécurité de plus en plus poussées."

Jean-Philippe

Chef mineur

"J’accomplis le travail de chef mineur. Je suis responsable de l’abattage de la roche à l’explosif afin que le concasseur puisse être constamment alimenté en pierres. De par l’échelle très humaine de l’entreprise je suis également le complément de Carl à la maintenance des outils de production. Je m'occupe de l'entretien mécanique des machines là où Carl s’occupe plus de l’aspect électrique. On a d'ailleurs un jour démonté et remonté un concasseur de 60 tonnes avec 4 collègues, un travail de titan! Depuis les nombreuses années que je suis ici, le boulot n’a cessé d’évoluer et les conditions se sont bien améliorées ! Au début par exemple, on travaillait en plein soleil sur les appareils de chantier alors que maintenant on est dans des cockpits climatisés et on est à l’abri de la poussière. Les explosifs que j’emploie ont également beaucoup changé. J’aime mon métier car j’ai besoin de travailler au grand air : je ne pourrais pas passer mes journées enfermé dans un bureau. Les gens ont aussi cette image négative des carrières, ils n’y voient que des trous. Pourtant, voir à midi un collègue en train de nourrir une chèvre sauvage sur son bull sous un ciel bleu, cela vaut de l’or."