En quelques mots

Confrontée à l’épuisement des réserves de dolomie dans les zones autorisées, nous avons entamé en 2003 les démarches pour pouvoir étendre la carrière. Cette procédure est portée par la société commerciale Dolomie de Villers-le-Gambon.

La carrière s’étendra à terme sur 50,9 hectares de nouvelles zones d’extraction, réparties sur plusieurs fosses. Les réserves présentes (18 millions de tonnes) permettront de prolonger l’activité pendant les 25 prochaines années.


Carte du périmètre faisant l'objet de la demande de permis

Une première étape a été franchie le 10 juillet 2015 par la modification du plan de secteur de Philippeville-Couvin par le Gouvernement wallon. Dans un esprit de compromis et afin de préserver les espèces qui y sont présentes, Dolomie de Villers-le-Gambon a modifié le projet initial et a renoncé à exploiter la zone dite « Moriachamps ». 70,9 hectares ont été réaffectés en zones agricoles ou vertes, selon le principe de la compensation planologique.

Ce projet prévoit aussi une autre compensation : la création et la participation aux travaux d’entretien d’une réserve naturelle domaniale gérée par le Département Nature et Forêts (DNF) de la Région wallonne dans les fosses d’extraction qui arrivent maintenant en fin de vie.

Suite à l’adoption par le Gouvernement wallon de la modification de plan de secteur de Philippe-Couvin, la société a initiée la procédure de demande de permis unique concernant l'extension de la fosse de « Trieu-Collet » et l'ouverture de la fosse de « Hollande ». Cette procédure devrait durer une année. L'exploitation du Bois Saint-Lambert est postposée jusqu'à l'épuisement des autres zones (10 ans minimum, à l’exception des travaux préparatoires) et n’est donc pas concerné par cette demande de permis unique.