Historique

La dolomie est une roche provenant de la transformation du calcaire aux cours des temps géologiques. Cette roche est plus rare que le calcaire et présente d'autres utilisations potentielles spécifiques qui n'ont toutefois été mises en œuvre qu'assez tardivement (fin du XIXème siècle).
On en trouve assez bien dans la vallée de la Meuse, et très peu ailleurs mais notamment dans la région de Philippeville. Ceci explique pourquoi la dolomie de Philippeville a attiré très tôt les entrepreneurs.

Historiquement, la dolomie de Merlemont a alimenté les marchés de :

  • briques réfractaires (dolomie frittée à haute température) pour la sidérurgie, voire les fours à chaux;
  • aciéries;
  • agriculture;
  • sable pour la construction...

Ces deux dernières applications sont d'ailleurs anciennes, précèdent l'exploitation à l'échelle industrielle et mettent sur le marché des produits à l'état cru.

La commercialisation était facilitée par la connexion au chemin de fer vicinal. La gare de Merlemont était en effet sur le parcours de la ligne Florennes-Dinant.

Le gisement de dolomie de Philippeville conserve aujourd'hui encore toute sa valeur grâce à deux particularités :

  • une grande pureté chimique qui lui permet d'alimenter le marché de la production des engrais;
  • une remarquable couleur jaune-beige et des propriétés d'auto-durcissement. 

Ces propriétés ont permis à la société « Dolomie de Villers-le-Gambon » de réussir une belle reconversion à la fin des années cinquante : son utilisation, une fois concassée, pour l'empierrement de terre-pleins et allées pour parcs et jardins. C’est l'Exposition Universelle de Bruxelles qui lança le produit. Notre société peut se targuer d’avoir contribué depuis à des réalisations prestigieuses  telles que le Domaine royal de Laeken, le Petit Sablon ou le Palais des Expositions de Bruxelles. Encore aujourd’hui, la dolomie jaune est présente notamment à Laeken, au Château de la Hulpe et au Cinquantenaire.

  • Début de l’extraction industrielle de dolomie à Merlemont
  • Constitution de la société « La Dolomie de Merlemont »
  • Création de la société « Dolomie de Villers-le-Gambon »
  • Première autorisation d'exploiter pour la société « Dolomies de Matissen »
  • « Produits dolomitiques de Merlemont » succède à « La Dolomie de Merlemont »
  • Absorption des « Dolomies de Matissen » par les « Produits dolomitiques de Merlemont »
  • « Produits dolomitiques de Merlemont » change deux fois de propriétaire.
  • Hydro-Agri, propriétaire de l'ancienne société « Produits dolomitiques de Merlemont » crée une joint-venture avec le groupe Lhoist, propriétaire de « La Dolomie de Villers-le-Gambon ». Il en résulte deux sociétés : « La Dolomie de Villers-le-Gambon »  et « Les Dolomies de Merlemont ». La première gère les gisements et l'activité commerciale, l'autre l'activité industrielle.